Nos derniers jours de survie dans notre société

12 novembre 2012

Du nouveau ? Pas tant que ça...

Bon, avant toute chose, je préviens que je n'ai pas le coeur à écrire beaucoup...

En effet, il arrive que, tellement dépassée et minée par la situation, je ne ressente pas l'envie de consigner notre quotidien dans ce blog...

Je vais tout de même m'efforcer à faire ce petit billet, car ça fait plusieurs jours que je n'ai rien noté...

 

Rocambolesque.

 

Il semblerait qu'un de nos partenaires soit intéressé pour reprendre l'entreprise avec une partie du personnel. Excellente nouvelle diront certains, moi pas. Non. Car, premièrement, rien n'est certain. Nous n'avons absolument pas confiance en notre "Directeur" LEPOIL, qui nous a dit ne pas en savoir plus. Etonnant, non, pour une personne qui a eu un entretien de plus de 3 heures avec les responsables du centre de formation partenaire... Deuxièmement, parce que si tout est bien réel, les employés "valides" seraient repris également, aux dépends des personnes qui sont actuellement en arrêt maladie... Alors ok, pour ceux qui ont des arrêts de complaisance pour fainéantise aiguë, mais pour celui qui se bat pour SA VIE et dont le fait de travailler l'aide dans son combat, je crie haut et fort NON !!! Enfin troisièmement, parce que connaissant un petit peu les personnages, rien ne dit que TOUS les employés ne seront pas purement et simplement licenciés quelques deux mois après la reprise (surtout celles des marchés remportés)...

 

Usant, éreintant.


Toute cette situation fatigue tout un chacun (hormis LEPOIL qui n'en rame pas une, lorsqu'il pointe le bout de son museau de temps à autre...) et qui se fout éperdument de nous tous ! Nous sommes plus ou moins au bout de ce que nous pouvons supporter en pareille circonstance, il faut l'avouer.

Rien n'est plus difficile que de "faire semblant", de sourire à tout le monde et de faire comme si...

Gageons qu'il y aura des conséquences de tout ce gâchis sur certaines personnes... Espérons toutefois que ça n'ira pas jusqu'à des décisions irrévocables...

Ce sera tout pour cette fois. L'épuisement psychologique me guette, moi aussi... Je ne suis après tout qu'un être humain, qui gère lui aussi mal la situation.

 

Sans même compter que LABARBE refait quelques apparitions depuis une semaine et que sa présence seule suffit à nous mettre les nerfs à rude épreuve... Mais de son cas il sera question lors de la prochaine audience au tribunal ! Croyez-moi, j'ai de quoi dire au juge et je ne m'en priverai pas !

 

Posté par ASSDIRECTION à 22:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


31 octobre 2012

Que dire ? L'histoire se répète...

L'Arlésienne LEPOIL a repris son activité de transparence et d'absence...

Sans bien entendu se soucier de :

- Son intervention à l'extérieur lundi matin, dont il ne se souvient même plus... J'ai dû faire un mail de rappel, en vain...

- Du salaire des employés...

- Que je n'ai strictement rien à faire de son léchage de bottes envers moi ! Qu'on se le dise !!!

 

Bon week-end tout de même...

Posté par ASSDIRECTION à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2012

L'Arlésienne est passée !!!

Oh punaise ! Heureusement que je suis bien assise à mon bureau !

LEPOIL fait une apparition dans l'entreprise cet après-midi... Incroyable mais vrai !

Mais ! Pas sans raison... Le contraire m'eut étonnée aussi...

Pour me cirer les pompes et faire son mielleux... Je le crois pas ! Non mais quel hypocrite celui-là ! Allez, garde ton calme LACHIEUSE, garde ton calme ! Il va faire un petit tour et puis s'en repartir comme si de rien n'était... Il est simplement venu prendre la température ambiante...

 

Posté par ASSDIRECTION à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tout devient totalement ingérable et incontrôlable !

Bien... On dirait que les événements s'enchainent à vitesse grand V !... Sous peu, plus rien ne sera contrôlable, j'en ai bien peur... Mes collègues et moi commençons à être dépassés par le comportement écoeurant de notre Directeur LEPOIL ! C'en est même inimaginable !

Souvenez-vous : le juge et procureur, lors de l'audience d'étape du redressement judiciaire ont dit à LEPOIL que sans repreneur et à présenter les mêmes chiffres que ce 9 octobre dernier, la liquidation de l'entreprise sera purement et simplement prononcée à la prochaine audience de novembre.

LEPOIL, non satisfait de mentir à l'audience (et donc de faire consigner sur procès-verbal) en affirmant qu'il a un repreneur "sous le coude", nous a demandé au sortir de ladite audience "qui on pourrait appeler pour lui proposer de nous racheter ?" Non mais quel con !!!

Bref. Mes collègues et moi lui avons suggéré deux de nos partenaires de longue date. Il leur a donc envoyé des mails pour leur exposer la situation (à son avantage et modifiant quelque peu les chiffres et la situation réelle...) et leur demander s'ils seraient intéressés.

Le 1er a décliné l'offre après avoir consulté son banquier qui, bien évidemment, ne souhaite absolument pas le suivre sur notre dossier... (Tu m'étonnes !)

Le second s'est montré éventuellement intéressé et a demandé à LEPOIL de lui transmettre un dossier précis et la liste des salariés, ainsi que leurs fonctions.

C'est là que tout se gâte !!!

Notre bon Directeur LEPOIL lui a envoyé un mail, avec chiffres quasi exacts cette fois-ci, bilan certifié du cabinet comptable, prévisions pour le reste de l'année 2012 et... Il ne s'est pas contenté de fournir la liste des employés, mais a carrément donné son avis sur chacun et délibérement dénigré chacun et très fortement suggéré de licencier tout le monde sauf lui et une autre personne ! Et quand je dis "fortement suggéré", c'est vraiment un doux euphémisme...

Mais ça ne s'arrête même pas là, non !

En qualité de représentante du personnel, je lui demande de me transmettre les éléments qu'il a envoyé à ce partenaire, afin de les étudier et de faire le lien avec mes collègues. Et là !... Patatra ! Il me transmet un mail TRES LARGEMENT tronqué, faisant disparaître des pharagraphes entiers concernant 3 salariés (dont moi) ! Je l'ai au téléphone et lui dit que je suis très déçue, qu'il ne fait rien en toute transparence et qu'il m'a volontairement envoyé une fausse copie du mail. Môssieur joue les étonnés et me demande "ah bon, qu'est-ce que j'ai retiré ?"... Ni une, ni deux, je lui dis clairement de quoi il s'agit, précisant bien que je ne citerai pas mes sources mais que je suis informée du mail d'origine ! Après avoir essayé - en vain - de tergiverser, il se décide enfin à me dire qu'il va m'envoyer le "vrai" mail d'origine. Ce qui fut fait 10 minutes après.

On pourrait croire que l'histoire s'arrête ici maintenant... Et bien non ! Ce soit-disant mail original fait bien apparaître certains paragraphes retirés au départ, mais il manque encore une petite ligne sur une salariée et les 5 lignes qui me concernaient se sont transformées en 1 unique ligne tout à fait neutre. Comme par enchantement !...

J'ai donc répondu de manière sybilline au moyen des PHRASES REELLES qui ont été expédiées au partenaire, pour montrer à ce menteur que je sais très bien ce que j'affirme... Depuis, aucune réponse de LEPOIL, silence radio depuis jeudi après-midi dernier ! Mais je ne renonce pas. j'accumule de plus en plus de preuves écrites qui, si elles ne seront peut-être pas utiles pour la prochaine audience de redressement judiciaire, intéresseront sans aucun doute la Presse d'ici quelque temps !...

 

Le prochain billet sera peut-être l'occasion pour moi de parler de l'attestation demandée par LEPOIL (encore et toujours cet escroc) à un collègue pour "sauver sa peau"... Demande qui n'est autre que celle de faire un faux pour le sortir du pétrin... et tenter de tout mettre sur le dos de LABARBE qui, lui, se fait trèèèèès discret ces temps-derniers...

Posté par ASSDIRECTION à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

24 octobre 2012

Les faits ! Partie 2

Me revoilà aujourd'hui avec un billet supplémentaire sur les faits concernant la mauvaise gestion, les magouilles et les escroqueries de la Direction et Gérance de notre société.

Toujours en vrac...

  • Messsieurs LEPOIL et LABARBE n'ont jamais payé les heures supplémentaires des employés, exceptées les miennes, mais attention ! De manière totalement illégale ! Je m'explique : ne voulant pas que je sois à 35 heures hebdomadaires, ils ont décidé que j'en ferai 37. Soit, mais j'ai souhaité être payée pour cela. Mon contrat de travail ne stipule à aucun moment ces 37 heures hebdomadaires, ce qui me dérange énormément. C'est pourquoi j'ai demandé un entretien à LEPOIL (réclamer un entretien alors qu'il est écrit noir sur blanc dans nos statuts que chaque salarié doit en avoir un une fois par an, au minimum... Pour moi, c'était le 1er depuis mon arrivée... No comment...) Lors de cet entretien, j'ai demandé à ce que mes 2h supplémentaires hebdos soient payées au titre des heures supplémentaires comme prévu dans notre convention collective et surtout la loi. Notre Directeur LEPOIL s'est cru intelligent de me faire un discours d'une demi-heure, essayant de m'expliquer que, je cite : "oh mais non, vous allez y perdre si je fais ça. C'est bien moins avantageux et vous allez exploser vos impôts sur le revenus ! Non, et puis pour l'entreprise, ça coûte..." J'ai essayé de me débattre et de faire valoir mes droits, en vain... Si bien que depuis mon embauche dans notre organisme, mes heures supplémentaires sont payées en frais de déplacement chaque mois (le calcul, en plus, équivaut à 1h supp = taux horaire en-dessous du SMIC !). Sauf que ! C'est totalement illégal et mensonger !!! Tout ça pour ne pas payer de charges et tromper les instances officielles (l'URSSAF si mes minces connaissances sont bonnes en la matière) ! Je suis peut-être la seule sur Terre a avoir depuis des années des frais kilométriques et de repas ABSOLUMENT IDENTIQUES, au kilomètre et centime d'euro près chaque mois. Le plus "amusant" est que je ne suis JAMAIS allée là où soit-disant on m'envoie 1 ou 2 fois par mois !...

 

  • Toujours concernant les salaires, ceux-ci sont basés sur un barême de points et, par conséquent, de valeur du point. Les points sont ré-évalués approximativement tous les 2 ans, environ. Jamais, JAMAIS notre Directeur LEPOIL - censé se tenir à jour de cela - ne nous a fait part de l'augmentation légale de la valeur du point. Puis, à chaque fois qu'une ou deux personnes recherchai(en)t à combien est le point et le lui en faisai(en)t part, il décidait avec LABARBE de nous payer le retard en frais de déplacement là encore, parce que "ça nous reviendra moins cher et ça évitera de payer des charges là-dessus" ! Encore une fois, preuve d'envie délibérée de se décharger des ses responsabilités sociales !

 

  • Restons dans le domaine financier. Plusieurs salariés de l'entreprise ont été recrutés sous le mode du contrat de professionnalisation, dont moi-même. Stop ! J'arrête de suite le lecteur, ça n'a jamais été pour permettre audit salarié de se former et de gravir des échelons (par ailleurs inexistants chez nous...), OH QUE NON ! En contrat de pro, le Directeur s'engage PAR ECRIT, sous forme de convention, à faire bénéficier son employé(e) de formation pour un nombre d'heures déterminées (cela peut atteindre 600/700 heures par personne, ce n'est pas rien !). En contrepartie, l'OPCA (si l'entreprise y adhère et cotise) verse un montant de 9.15 € par heure de formation par personne. Mais ! Eh oui, vous me voyez venir... Si j'ai bien effectué 105 heures de formation réelles, le reste n'a JAMAIS été fait ! Je vous le garantis ! LEPOIL, notre bon Directeur, a demandé à ce que chacun signe ses feuilles de présence, sans n'avoir jamais bénéficié de la formation interne pour laquelle la société a perçu de l'argent ! VERIDIQUE !!! A toutes questions posées sur ce sujet, il nous a été opposé une fin de non-recevoir. Preuve de Comment empocher de l'argent illégalement, là encore ? Car non seulement l'entreprise recevait ce "dédomagement" de l'OPCA, mais en plus, chaque salarié travaillait pour la boîte pendant les heures où il devait être en formation.

 

D'autres faits du même acabit dans un prochain billet, sans doute...

 

Posté par ASSDIRECTION à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 octobre 2012

Les faits ! Partie 1

Allez, il faut bien que je me lance et que j'écrive les faits pour que rien ne soit oublié !

Ce sera sûrement en vrac...

Donc, organisme de formation créé en 1990. 4 actionnaires : LABARBE (majoritaire), son fils, sa maîtresse (ça, on s'en fout) et la fille de ladite maîtresse.

A ce moment-là, LEPOIL n'est que formateur, puis passera responsable de formation.

De cette époque, je n'en sais que ce qu'on m'a raconté et donc, source invérifiable, dont je ne tiendrai pas compte.

Tout ce qui suit fait partie des années pendant lesquelles je travaillais dans cette société (j'y suis toujours, mais sans aucun doute plus pour longtemps... La liquidation approche...)

2007 : décès de la Directrice et démission du Gérant de l'époque, LABARBE.LEPOIL est alors nommé Directeur/Gérant. On lui donnera les parts de la défunte (parts qu'il a clamé à qui veut l'entendre qu'il les a rachetées... passons...) LABARBE reste actionnaire majoritaire mais n'a soit-disant plus rien à régler dans la société. Soit-disant, parce que ça n'est évidement pas le cas encore au jour d'aujourd'hui...

Bref. Ce que je sais, ce que mes collègues et moi savons, avons vu ou entendu et avons pour certains points collecté des preuves matérielles :

  • LABARBE loue au centre de formation des appartements qu'il a achetés et qui sont partagés entre sa femme légitime et lui. Cela nous coûte une fortune, pour des locaux que nous n'utiliserons pas énormément, voire pas du tout depuis 2009. Qu'à cela ne tienne : l'argent rentre tout de même dans son porte-monnaie !... Et ce même les mois où nous, minables employés, ne sommes payés que de 50, 60 %, voire pas du tout...

  • Plusieurs comptes en banque sont ouverts et LABARBE met "à l'abri pour en cas de coup dur" des sommes perçues par des entités publiques, telle le Conseil Régional... Aujourd'hui ce LABARBE est devenu amnésique et nie farouchement avoir "planqué" de l'argent issu de marchés publics !

  • LEPOIL n'est pas en reste, non ! Lui, c'est plus mesquin, plus fourbe comme il l'est. Par exemple, on commande il y a 3 ans un ordinateur portable qu'il emporte chez lui et qui n'est toujours pas réapparu à ce jour.Bien entendu, il ne figure pas sur l'inventaire réalisé par l'huissier de justice mandaté par le mandataire judiciaire... Tout comme la télé écran plat qui dort chez LEPOIL également. Mais ! C'est sans compter sur LACHIEUSE (oui, oui, c'est moi !) qui n'a pas manqué de le signaler à l'audience du 9 octobre et demandé modification de cet inventaire ! (ce qui a fortement déplu à mon directeur qui s'est empressé de me demander pourquoi j'avais dit ça au procureur. Ben mon vieux, tu ne crois pas que tu vas pouvoir te les foutre dans la poche comme ça, non ?!) J'en ai profité pour demander aussi de supprimer des élements, cette fois, qui appartiennent au personnel et qu'"on" a oublié de mentinner à l'huissier...

  • Le même LEPOIL, Directeur de l'organisme, il est bon de le rappeler, a, pendant un temps, eu des bulletins de salaire dont le montant des frais équivalait au salaire net... Alros que, sans rien trahir, on ne peut pas dire qu'il soit beaucoup en déplacement... Et bien, non, c'est sûr ! Il y a simplement des accords verbaux qui furent passés à cette époque : il gonflait ses frais et reversait en liquide à LABARBE. Le souci sur ce sujet est que nous n'avons pas de preuves écrites, seulement entendu l'accord... Dommage...

Voilà pour le commencement. Le reste des faits sera publié plus tard. Non pour ménager le suspense, mais parce que ça prend du temps et ça ne fait qu'alourdir mon fardeau et mettre à mal mes nerfs déjà bien fatigués...

Posté par ASSDIRECTION à 19:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La cerise sur le gâteau !

Je me rends compte qu'hormis les fautes d'inattention que je fais dans ce blog, ça fait déjà 12 jours que je n'ai pas écrit...

C'est que je commence à avoir du mal à rassembler mes idées pour les exposer ici... Je ne compte plus les nuits sans sommeil, à ressasser... Mon médecin dirait que je suis limite dépression (après le début de burn-out l'année dernière... Joli tableau). Bref, ça n'est pas de moi qu'il s'agit.

Cerise sur le gâteau, donc !...

Etant donné que nous les pauvres salariés sommes tout de même cons humains, nous avons écouté et entendu les suppliques de LEPOIL le vendredi 12 octobre dernier : "soyez sympas, attendez que mon dossier soit passé avant de faire une action vis-à-vis du mandaire"... C'était moitié-moitié entre nous : les uns étaient d'accord, les autres, niet...

Bref, décision a été prise d'être, une fois de plus, sympas.

Le week-end passe...

Et ! Lundi 15 octobre, voilà mon Directeur LEPOIL (qui avait un groupe de stagiaire en cours toute la journée) qui se pointe avec sa tête de merlan frit. Il déboule dans mon bureau : "vous connaissez la dernière ?" Moi : "ben non, comment voulez-vous ?" Lui : "Mon dossier est rejeté !" Moi "..." (petite satisfaction intérieure tout de même : pour une fois qu'il n'arrive pas à s'arranger avec des faux ! Bien fait !).

Et bien, vous ne me croirez pas ! Il s'est senti d'un coup malade et m'a demandé de prévenir les stagiaires de ce qu'il les "prendra" en retard, le temps de régler une urgence. Bon, jusque là ok, il est assez coutumier du fait, lorsqu'il doit travailler un tant soit peu...

Puis, tout à coup, aux alentours de 11 heures (ça faisait donc déjà 2h que les stagiaires poireautaient, soit dit en passant), voilà que LEPOIL traverse les couloirs et s'en va ! Oui, oui ! Il sort de l'entreprise ! Incroyable, mais vrai !!!

Après 2 tentatives de communication téléphonique de ma part, en vain, nous voilà sans aucune nouvelle... Et puis, vers 17h30, coup de fil de sa femme : "LEPOIL est allé chez le médecin, vous ne le verrez pas de la semaine, il est en dépression". Point-barre. J'ignorais qu'une dépression ne durait qu'une semaine, déjà, et ensuite, ET NOUS ??? NOUS NE SOMMES PAS EN DEPRESSION, PEUT-ETRE ???

Môssieur s'est tout de même fendu d'un mail (dont j'ai copie hé hé), disant qu'il reste chez lui. Nous lui avons donc demandé s'il est en arrêt de travail ou s'il se repose chez lui officieusement (comme à son habitude dès qu'il n'a pas envie de venir) ; pas de réponse. Nous avons remis ça dès le lendemain : toujours aucune réponse de sa part.

Autrement dit, nous sommes livrés à nous-mêmes depuis le lundi 15 octobre 2012 dernier, avec un directeur tranquille chez lui, et une équipe réduite de moitié (nous ne sommes plus que 3,5 à bosser) qui tient - ou du moins essaie - la boutique à bout de bras.

Le Directeur a déserté !!!!!!

Et, comme un "malheur" ne vient jamais seul, nous n'avons eu que 60 % de notre salaire la semaine passée et n'avons toujours pas reçu le solde, alors que nous devrions percevoir le salaire d'octobre dans une semaine...

Nous allons donc, une fois encore, faire un courrier au mandataire pour lui expliquer la situation et solliciter son avis. (Il nous avait dit il y a peu qu'il pouvait provoquer une audience en urgence si cela ne tournait pas comme il fallait.)

Elle est pas belle, la vie ?

Posté par ASSDIRECTION à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2012

On marche sur la tête !

Audience d'étape de redressement judiciaire

Je suis allée, en qualité de représentante du personnel, avec LEPOIL à l'audience d'étape dans le redressement judiciaires de notre société mardi 9 octobre dernier après-midi.

Le compte-rendu de la 1ère audience (à laquelle notre bon directeur LEPOIL s'est rendu seul, arguant que personne n'était disponible pour l'accompagner... Tu m'étonnes !...) a été lu : pfiouuuuuuuu ! Que de mensonges a-t-il fait consigner dans le procès-verbal ! Une honte !!!

Je passe sur les détails pour le moment.

Les juge et procureur m'ont demandé mon avis sur la situation. Je ne me suis pas privée de dire ce que tous les employés pensent !

Mais ! Lorsque j'ai annoncé que nos salaires de septembre ne nous avaient pas encore été réglés, contrairement à ce à quoi LEPOIL s'était engagé, le procureur a fait un bon sur sa chaise et a sommé la larve qui était à côté de moi ! Jubilation intérieure, je vous le garantis ! Bafouillement, voix chevrottante, etc... Il s'est à nouveau engagé à les faire dans les meilleurs délais. Mais toujours rien à ce jour !

N'ayant pas aujourd'hui envie d'écrire trop longuement, je me contenterai de dire que le dossier est renvoyé au 20 novembre prochain, avec mention du juge : "si vous revenez avec les mêmes chiffres qu'aujourd'hui et pas de repreneur, on prononce la liquidation."

Mais bordel, pourquoi ne l'avoir pas prononcé dès mardi, cette liquidation ? On va droit dans le mur, on s'enfonce de jour en jour, notre pseudo directeur LEPOIL n'en a rien à faire de nous et ne pense qu'à sauver sa tête et toucher du fric avec son dossier assedic qu'il essaie de monter et ce licenciement auquel il pense jour et nuit (et qui est la seule chose pour laquelle il bouge son c** !) ! Et ce méprisant et méprisable LABARBE, qui lui, a ordre de ne plus m'adresser la parole sous peine de plainte au pénal contre lui !

J'en ai plus que marre. Je vais donc faire un nouveau courrier au mandataire judiciaire pour lui exposer certains éléments que je n'ai pas eu le temps de développer à l'audience et, SURTOUT, des éléments à charge contre les escrocs que sont LEPOIL et LABARBE !

Posté par ASSDIRECTION à 14:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2012

Hallucinant !!!

Nous recevons ce jour un courrier du mandataire judiciaire adressé à LEPOIL.

Il me paraît important de citer quelques passages, qui résument à eux seuls la fainéantise et le je-m'en-foutisme de notre Directeur !

"Par ailleurs, vous même dirigeant (...) n'est pas présent, ni disponible, ni très volontaire à maintenir le fonctionnement de cette société (...).

La présentation d'un plan (...) doit inévitablement passer par la volonté d'une personne qui vous succèdera en compétence, en qualité et en volonté."

No comment...

Cela corrobore ce que nous a toujours dit notre Directeur, M. LEPOIL : " mon intérêt est de laisser pourrir la situation" et "Je ne ferme pas comme ça, j'attends que mon propre dossier personnel soit réglé".

Et nous, les employés ? Quels employés ?

Posté par ASSDIRECTION à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2012

Grande nouvelle du jour !

Nous, salariés, n'avons toujours pas reçu notre salaire du mois de septembre 2012 !

Monsieur LEPOIL, notre Directeur, n'a strictement rien fait alors qu'il s'était engagé auprès du mandataire qui s'occupe du redressement judiciaire à payer les employés, selon le plan de redressement accepté par le Tribunal de Commerce...

Argument donné ce jour après ma demande en tant que représentante de mes collègues et moi-même : "euh ouiiii mais c'est le mandataire qui m'empêche de travailler et de pouvoir vous payer ! Moi j'ai tout fait pour que tout soit arrangé pour pouvoir faire les paies"... Affligeant ! Mensonge honteux ! Oh que oui, surtout quand on (c'est à dire toute la société) sait que c'est moi qui aie fait TOUTES les démarches ! (Et à quel prix ? Le prix que si je suis à nouveau traitée comme je l'ai été par LABARBE, je porte plainte, c'est vous dire...)

Ah oui, parce que je ne vous ai pas dit ? Messieurs LABARBE et LEPOIL pensent que je dois régler et m'occuper des problèmes de gérance de la boîte... Incroyable, non ? Or, ce n'est un secret pour personne, je suis ASSISANTE DE DIRECTION ! Et je n'ai AUCUNE compétence en gérance, ni en comptabilité...

Posté par ASSDIRECTION à 16:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]